mercredi 4 décembre 2013

Petit échec et autres déceptions

Bon, je n'ai pas réussi à trouver une autre idée pour mon roman NaNoWriMo, alors j'ai abandonné en chemin. Ça me surprend, parce que je ne suis pas du genre à abandonner les projets de ce genre. Je suis un peu déçue, mais en même temps, je pense que les circonstances étaient vraiment contre moi : des millions de projets pour mes clients, des amis qui sont venus passer une fin de semaine, quelques imprévus, etc.

Ça fait un bout que je songe à délaisser mon "rêve" d'écrire un roman un jour. J'ai de la misère à écrire depuis que je suis déménagée aux États-Unis. Ça ne coule pas comme avant. Je n'ai plus autant de vocabulaire actif qu'il y a 6 ans, et c'est extrêmement frustrant. Je me retrouve trop souvent avec le mot sur le bout de la langue... ou alors le mot de la mauvaise langue, puisque je passe mon temps à communiquer en anglais. Sauf que je n'ai pas non plus assez de vocabulaire pour bien écrire en anglais. Je me retrouve donc dans les limbes de l'écriture, entre deux langues qui se mélangent un peu trop à mon goût.

Je me suis quand même rendu compte que c'était plus facile que je pensais de remplir des pages de mots. Même si c'est mauvais ou écrit trop vite. Ça m'a rassurée un peu. Je garde espoir grâce à ça. Je me dis qu'un moment donné, je vais avoir l'idée du siècle, je vais avoir quelque chose à dire à travers un roman, quelque chose qui m'importe beaucoup, et je vais pouvoir déverser des tonnes de mots dans un fichier Word, pour ensuite tout réécrire comme du monde, en prenant mon temps, en cherchant mes mots 10 000 ans s'il le faut.

En attendant, je vais continuer de me botter le cul pour écrire plus souvent ici et sur Les diaphanes. Mon rush commence à se calmer un peu. Je prends trois semaines de vacances à Noël pour récupérer (ENFIN!). Je reprends les rênes d'Éclats Urbains et j'essaie de nous ramener sur la bonne voie, et surtout, de ne pas abandonner les quelques lecteurs qu'il me reste!

On lâche pas!


6 commentaires:

L'impulsive montréalaise a dit...

J'ai longtemps voulu écrire un roman... Et ça a longtemps été seulement quelques pages qui tombaient à plat. Puis, une nuit, alors que j'essayais de dormir, y'a fallu que je me relève pour écrire une page et quart. Et j'ai su. Que je tenais mon roman. Après ça a été long, infiniment long, mais je l'ai écrit. Je te souhaite un moment lumineux comme ça. Mais après, ne fait pas comme moi et ne le laisse pas dans tes tiroirs sans oser l'envoyer nulle part !

La citadine a dit...

Merci pour les encouragements! :)

Et moi, je t'encourage à ouvrir tes tiroirs et à dépoussiérer ton livre! Relis-le, retravaille-le et envoie-le! Go go go! :)

Éphémère a dit...

Moi c'est la réécriture qui me tue ! Mais je comprend quand tu dis que tu n'as plus autant de vocabulaire, j'ai l’impression de vivre un peu la même chose ! Mais je n'abandonne pas car je veux pouvoir écrire l'idée de MON roman. Celle que j'ai eu à 18 ans et qui est trop géniale ! Mais en attendant je dois me perfectionner !!

Je te souhaite d'avoir L'idée ! :)

Et je seconde La citadine, tu devrais dépoussiérer ton roman L'impulsive, rien ne te retiens !

Cynthia a dit...

Personnellement, je remplis les pages de mes idées même si c'est écrit tout croche et ensuite je repasse pour améliorer le style et le vocabulaire. Parce que si j'essaie de tout bien écrire du premier coup je me mets à stresser et j'abandonne bien souvent.

Il parait que Stephen King travaille comme ça aussi ;)

L'impulsive montréalaise a dit...

Merci les filles !

Arrff ! Un jour peut-être...

L'impulsive montréalaise a dit...

Merci les filles !

Arrrf ! Un jour peut-être...