vendredi 26 juillet 2013

Des fois, je me demande si...

... les gens de ma vie passée, par exemple des ex-collègues de bureau ou des amis du secondaire/cégep/université que j'aimais beaucoup, mais à qui je ne parle presque plus, rêvent à moi comme je rêve d'eux, parfois, et se réveillent eux aussi en ayant très envie de me revoir.

jeudi 18 juillet 2013

Régime

Non, je ne suis pas au régime pour perdre du poids. Malheureusement. Si c'était le cas, au moins je pourrais tricher juste un tout petit peu!

En fait, je suis un régime d'élimination alimentaire sur ordre de mon médecin. Ça fait tellement plus sérieux et officiel, n'est-ce pas? Ben c'est tout aussi chiant, croyez-moi. Surtout que mon médecin n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, mettons. Quand on parle de régime draconien, y'a pas meilleur modèle.

Je vous ai déjà parlé de ma fatigue intense et de mon esprit embrumé qui durent depuis maintenant un an et demi et que j'attribuais à mes problèmes de glande thyroïde. Finalement c'est pas ma glande thyroïde, alors on essaie plein d'autres choses (entre autres l'étude de sommeil, dont j'ai parlé ici et ici).

Cette fois, mon médecin a décidé de s'attaquer à l'alimentation. Il se demande si j'ai une intolérance alimentaire qui crée de l'inflammation dans mon corps et cause la fatigue, et donc il faut essayer de trouver l'aliment criminel, s'il y a.

Voici donc ce que je ne peux pas manger :

- Tout ce qui contient du gluten (blé, orge, seigle)
- Tout ce qui contient des produits laitiers (lait, fromage, yogourt, crème glacée, etc.)
- Tout sucre ajouté (sucre raffiné, miel, mélasse, etc.)

En gros, je peux pas manger grand-chose, sauf des fruits, des légumes, des légumineuses et de la viande avec un peu de sel, de l'huile et du vinaigre. Heureusement, il me reste le riz pour survivre!

Au début, je me disais que ça ne serait pas SI difficile que ça quand même. Ça fait beaucoup de groupes alimentaires que je peux encore manger, j'ai pas à me plaindre. Je me suis vite rendu compte que j'avais tort. C'est incroyable la quantité de produits dans les épiceries qui contiennent du gluten, du sucre ou des produits laitiers même s'ils en ont pas du tout besoin! Y'a du sucre PARTOUT. J'ai fouillé dans mon cartable de recettes, et finalement, il me reste genre 3-4 recettes sur 40 que je peux faire. Gnn.

La première semaine a été incroyablement difficile. Je suis passée par une phase vraiment étrange à laquelle je ne m'attendais pas du tout : le mal de coeur. Pendant 3-4 jours, j'avais mal au coeur juste à penser à de la bouffe. L'idée de manger me révoltait complètement. Je sais pas si c'est parce que la bouffe sans sucre, sans gluten et sans lait goûte rien, ou si c'était une phase de désintox du sucre, mais c'était incroyablement désagréable. J'avais faim et mal au coeur en même temps. J'ai pas mangé beaucoup, mais j'essayais de me forcer un peu. Beurk.

La deuxième phase, c'est la frustration de ne rien trouver à manger qui goûte bon. Cette phase a été amplifiée par le fait que j'ai eu les résultats d'un test d'antigènes pour voir si mon système immunitaire réagissait à certains aliments. Bon, ce test est assez bizarre et je ne suis pas certaine de le croire vraiment. Il n'est même pas sanctionné par la FDA et il est très critiqué. J'essaie de me dire que mon médecin s'en sert comme base et non comme outil de diagnostic formel, mais quand même. Bref. mon test est revenu avec plein de réactions à plein d'aliments. Le médecin m'a dit d'éviter les aliments qui avaient une cote élevée, j'ai donc dû enlever tout ça de mon régime :

- Ail
- Champignon
- Banane
- Avoine (même sans gluten)
- Poivre noir ?!?!?
- Boeuf (j'en mange jamais de toute façon)
- Haricot

Saviez-vous que l'ail se trouvait dans TOUT, lui aussi? Salsa, omelettes dans les resto, houmous... Tout ce qui pouvait donner du goût à ma bouffe en contient. ARGH. Et en plus, je me servais des bananes pour ajouter du sucré dans mon GRUAU D'AVOINE le matin T_T Et que dire du poivre... c'est PARTOUT, ça aussi.

Je suis encore dans la deuxième phase de frustration, qui se mue parfois en colère, et surtout en rage de bouffe interdite. Mais je me retiens et je ne triche pas, j'ai une volonté de fer (c'est à ça que ça sert, une tête de cochon). J'ai dû tricher une seule fois quand j'ai eu un épisode d'hypoglycémie assez effrayant. En fait c'est mon chum qui m'a forcée à boire de l'eau sucrée. Je pensais que j'allais m'évanouir/mourir, je tremblais comme une feuille et je suais à grosses gouttes. Je plains ceux qui ont le diabète, c'est vraiment pas drôle.

Le pire dans tout ça, c'est que ça fait presque trois semaines et que je me sens pire qu'au début. Si au moins je me sentais mieux, le jeu en vaudrait la chandelle... J'ai l'impression qu'on chasse encore le mauvais gibier, mais bon. Je vais tenir le coup un mois et voir ce que ça donne.

En attendant, je survis avec du lait d'amande dégueu, du quinoa qui goûte le yable, un peu de riz, mais pas trop parce que ça fait partie des autres aliments auxquels j'ai réagi, et des fruits (ça au moins ça goûte bon). J'essaie d'ajuster mes recettes, mais ça marche pas très bien. Tout goûte le neutre. C'est la meilleure façon de le décrire. Neutre. Ça goûte le papier carton.

Je comprends mieux l'enfer que vivent les personnes atteintes d'allergies ou d'intolérances alimentaires graves. Surtout ceux qui souffrent de la maladie de cœliaque. Vraiment, je suis désolée et je comprends votre combat quotidien.

Pour les autres, mangez donc une bonne lasagne en mon honneur, suivie d'un gâteau au fromage nappé de coulis de chocolat. Et après, je vous sers les sacs de mini framboises et de Jelly Belly que j'ai caché dans mon garde-manger pour célébrer la fin éventuelle de mon régime plate.

Miam.


mercredi 17 juillet 2013

De retour!

Désolée pour mon (très) long silence, le résultat d'un cocktail de paresse, de fatigue et de oui-mais-juste-un-dernier-niveau/épisode-avant-d'écrire-ah-finalement-y'est-tard-je-vais-me-coucher. Vous connaissez sûrement ça vous aussi? Non? MENSONGES!

J'ai quand même accumulé des idées de billet durant ce long mois et demi de silence, alors espérons que je parviendrai à tenir la paresse à distance pour tous les écrire et vous divertir durant votre été si incroyablement plate (sarcasme). Je suis certaine que vous n'avez absolument rien d'autre à faire que de me lire (sarcasme x 2).

Bon, maintenant que j'ai promis tout ça, je ne pourrai plus me défiler!

Aaah l'orgueil. C'est quand même une solution efficace, parfois.