vendredi 30 novembre 2012

L'art de me faire chier (moi-même) #17

Réaction de mon cerveau lorsque je reçois trop de projets à faire en même temps : paniquer pendant des heures sans arriver à faire quoique ce soit de productif.

Merci, c'est très pratique.

mardi 27 novembre 2012

La Villa de mon enfance

J'ai grandi dans un mini petit village avec un nom bien trop grand pour lui : Saint-Paul d'Abbotsford. Imaginez-vous apprendre à écrire ça à 6-7 ans. Heureusement pour moi, tout le monde l'appelait Saint-Paul, et l'écrivait St-Paul pour faire encore plus court.

St-Paul, c'est presque rien, une rue principale avec des petites rues en branches qui se tortillent jusqu'à la montagne, le mont Yamaska. Des vergers. Des champs de fraises. Une école primaire, mais pas d'école secondaire.

J'habitais dans un petit coin en développement nommé la Villa Fortier. Une seule rue mène à la Villa Fortier : la rue des Cardinaux. Mais après avoir parcouru quelques mètres à peine, la rue se sépare en une foule d'autres oiseaux. Des Colibris, des Geais bleus, des Pinsons, des Mésanges, des Pics dorés. Un petit monde plumé, secret, calme et joli, avec un étang au centre. Avec des gens très gentils. Avec de la verdure à perte de vue. Une seule entrée, une seule sortie, un abri contre le monde dehors qui fait trop gris, qui roule trop vite, qui sonne trop fort.

Durant ma visite au Québec le mois passé, je suis allée y faire un tour avec mon appareil photo et ma caméra. Je n'avais que de bons souvenirs de la Villa Fortier. Son odeur d'automne, mes promenades à vélo au printemps, le patinage sur l'étang, l'hiver. La maison de mes amis. Ma maison. J'ai dû quitter la Villa Fortier à l'âge de 12 ans, quand mes parents se sont séparés. J'ai longtemps cru que mes souvenirs étaient enjolivés par la nostalgie. Que c'était probablement pas si paradisiaque que ça.

Je voulais voir si c'était vrai.

L'étang de la Villa Fortier
Mais finalement, mes souvenirs étaient bien réels. C'est beau, la Villa Fortier. Aussi beau que dans ma tête. C'est rare, quand même! On a roulé dans les rues-oiseaux. On a regardé les nouvelles maisons, au fond, là où il n'y avait qu'un terrain vague quand j'étais jeune. Là où on s'aventurait comme si on était à Narnia. Là où on attrapait des têtards dans les fossés pour les voir devenir grenouilles. On a vu de gentils voisins ramasser les feuilles, tranquillement. On a regardé les décorations d'Halloween, les yeux brillants.

Un flot de souvenirs m'a assailli. J'ai senti l'odeur des crayons à tremper dans l'eau que ma mère utilisait pour nous barbouiller le visage, le 31 octobre. J'ai presque senti le papier pas encore tout enlevé du crayon m'érafler le visage au passage. J'ai senti le vent froid transpercer mes mitaines, geler mes petits doigts agrippés au sac de bonbons. J'ai senti la chaleur des maisons, des sourires, des gens en pâmoison devant nos costumes pas si beaux que ça.

J'ai eu envie d'avoir 7 ans et de passer l'Halloween à la Villa Fortier, une dernière fois.

J'ai eu envie de revenir y habiter.

Il y avait quelques maisons à vendre. Si j'habitais encore dans le coin, j'aurais pas hésité une seconde. Même mon copain trouvait l'endroit magnifique.

Des fois, je pense que j'ai de la difficulté à trouver ma place dans le monde parce que dans ma tête, ma place, c'est à la Villa Fortier. Dans chaque maison que je visite, c'est une trace de la Villa Fortier que je cherche, en vain. La barre est un peu trop haute.

Mais c'est pas si grave que ça. Il me reste quand même les souvenirs.

mardi 20 novembre 2012

L'art de me faire chier #16

M'envoyer un projet « hyper ultra urgent » à remettre sans délai, mais prendre un bon trois heures avant de répondre à ma toute petite question envoyée à peine deux minutes plus tard.

vendredi 16 novembre 2012

Divertissement Facebookien

Des fois je trouve les annonces que Facebook affiche sur le côté assez divertissantes ou cocasses. Genre le fait que 90 % de mes annonces personnalisées soient des annonces de régimes draconiens, pour une raison qui m'échappe. Messemble que je me plains pas vraiment que je suis grosse et je cherche pas de régime sur Internet. Mystère.

Mais des fois, je trouve que les images associées aux annonces sont de très mauvais goût.

Genre celle-ci pour un centre de traitement de l'anorexie et de la boulimie.


Franchement. Pas fort.

Je sais que c'est pour capter l'attention, mais quand même.

Et je trouve ça ironique qu'on m'offre ça juste en dessous des annonces de régime du Dr Oz.

Décidez-vous, quand même.

mardi 13 novembre 2012

NaNoWriMo ou l'art du piètre timing

J'ai déjà mentionné ici que ça fait depuis que je suis toute petite que je rêve d'écrire un livre, mais que je n'arrive pas à m'y mettre sérieusement, surtout par manque de confiance en mes capacités. J'ai même commencé à en écrire un il y a quelques mois, mais je me suis vite butée au mur de mes doutes et angoisses, ce qui fait que j'ai sombré dans la mer du découragement. Joie. Et moi qui pensais que je savais nager...

Je suis alors tombée sur un livre d'un de mes auteurs préférés, Orson Scott Card, qui donne des trucs sur l'écriture d'un roman, et plus précisément sur les personnages et les points de vue. J'ai découvert que j'étais en train de commettre mille et une erreurs du débutant (par exemple, relire ses premiers chapitres et commencer la réécriture ici et là au lieu de tout écrire d'un trait et de laisser reposer avant de se mettre à la réécriture). J'ai donc arrêté l'écriture de mon roman pour me mettre à la lecture de bouquins du genre qui, je le crois, m'aident énormément. Le problème, c'est que je n'ai plus autant de temps qu'avant pour lire ces livres, et mon projet de roman me glisse entre les doigts. Ça ne me tente plus autant, on dirait...

Bref, tout ça pour dire qu'au printemps passé, en écoutant des podcasts sur l'écriture, j'ai entendu parler de NaNoWriMo, ou National Novel Writing Month (mois national de l'écriture d'un roman). Le but est d'encourager les participants à écrire un roman d'au moins 50 000 mots en mois, soit le mois de novembre. Il faut donc, en moyenne, écrire 1667 mots par jour.

J'ai trouvé l'idée géniale. Le site officiel de NaNoWriMo offre des outils de statistiques qu'on peut partager avec ses « amis » sur le site et un forum où discuter de nos difficultés et de nos réussites avec les autres. Ce qui m'attire, c'est le fait d'entreprendre un défi personnel, mais de le faire en même temps que de gens de partout dans le monde. Je suis certaine que ça m'encouragerait à aller jusqu'au bout.

Le problème, c'est que j'ai complètement oublié. Je VIENS de m'en souvenir, deux semaines après le début du défi. Ça me tente pas trop d'embarquer à mi-chemin comme ça. Ce serait un échec assuré. Surtout avec la charge de travail que j'ai en ce moment... Et je sais que je pourrais me faire mon propre défi un autre mois, mais c'est pas vraiment la même chose!

Mais bon, je me console en me disant que ça me donnera plus de temps pour lire mes ouvrages didactiques et me trouver une autre idée de roman! Sauf que cette fois, j'ai ajouté une note à mon agenda Google pour ne pas oublier...


vendredi 9 novembre 2012

L'art de me faire chier #15

Appeler l'Internal Revenue Service pour poser une question concernant le numéro d'identification de ma compagnie et passer une heure à essayer de parler à quelqu'un parce que...

- Bonjour, vous avez bien rejoint l'Internal Revenue Service. Veuillez choisir l'une des options suivantes. Pour continuer en anglais, appuyez sur le 1.

*Appuie sur le 1*

- Veuillez choisir l'une des options suivantes. Pour faire une demande de numéro d'identification, appuyez sur le 1. Pour connaître les conditions d'admission d'un numéro d'identification, appuyez sur le 2. Si vous avez déjà un numéro d'identification et que vous avez des questions, appuyez sur le 3. Pour...

*Appuie sur le 3*

- Veuillez choisir l'une des options suivantes. (Silence). Veuillez choisir l'une des options suivantes.

*Meh?*

- Pour faire une demande de numéro d'identification, appuyez sur le 1. Pour connaître les conditions d'admission d'un numéro d'identification, appuyez sur le 2. Si vous avez déjà un numéro d'identification et que vous avez des questions, appuyez sur le 3. Pour...

*Heeu c'est revenu au menu précédent? Hmm...*

*Appuie sur le 3*

- (Silence). Désolés, nous ne pouvons pas vous aider. Veuillez visiter notre site Web. *Raccroche*




Note : J'ai sauté quelques étapes de sélection parce que sinon, ç'aurait été trop long et plate à lire. Tous les numéros du menu faisaient la même chose. Une boucle infinie de bonheur intense, quoi.

mardi 6 novembre 2012

La marée


Il doit y avoir quelque chose dans les grandes étendues d'eau qui augmente le QI. (Sauf dans le Golf du Mexique, on dirait.)

vendredi 2 novembre 2012

Orteils et talons hauts

Vous trouvez pas que ce titre sonne comme un roman pour filles branchées du genre Gin tonic et concombres?

Ben ça tombe mal, parce que ce billet va plutôt vous montrer à quel point je suis loin d'être une fille branchée. Même si j'ai essayé bien fort de l'être.

C'est que, voyez-vous, l'une des raisons pour laquelle je suis retournée au Québec durant une semaine, c'est pour aller à mes retrouvailles du secondaire (10 ans déjà, on rajeunit pas). Puisqu'au secondaire, j'ai longtemps été une souffre-douleur mal-aimée des garçons, je me suis dit que je me mettrais belle pour leur montrer que ça m'avait pas affectée, et que je m'en étais bien tirée pareil. Même si bon, c'est clair que ça m'a affectée si je me suis dit ça, mais on va faire semblant que c'était tout à fait logique.

Alors j'ai déniché de beaux souliers à talons hauts et une belle petite robe noire. Il faut savoir que je porte rarement des talons hauts. Je travaille de chez moi, alors... Les talons sur du tapis, surtout quand il y a un voisin en dessous, c'est pas génial. Mais ça ne m'a pas découragée pour autant. J'en ai quand même porté une ou deux fois, je suis presque une pro!

En me pratiquant à marcher avec (une pro, je vous dis), je me rends compte que mes talons glissent un peu hors des souliers. Pas de problème, que je me dis, je vais mettre des semelles (c'est du pro ça, mes amis). On court chez Yellow pour en acheter, on insère ça dans mes beaux souliers, et hop! le problème est réglé! Bon, maintenant c'est un peu sérré au niveau des orteils, mais c'est pas grave. C'est pas comme si j'allais rester debout toute la soirée.

HAH!

Saviez-vous ça, vous, que les gens qui participent à des retrouvailles préfèrent rester debout toute la soirée? Moi, non. Y'avait des tables, des chaises et tout, mais non. Presque tout le monde est resté debout. Tout. Le. Long. Faut dire que y'avait peut-être deux ou trois autres filles max avec des talons. Mais elles, elles étaient de vraies pros.

Et donc parce que je suis orgueilleuse et que le but était de montrer que je m'en étais bien sortie dans la vie, je ne voulais pas être la seule assise parce qu'elle est pas capable de marcher dans ses souliers trop branchés pour elle. Je suis restée debout, envers et contre tous (mes orteils), pendant 9 heures.

Bon, j'avoue que je les ai enlevés ici et là pendant une dizaine de minutes, mais sinon, je les ai gardés et j'ai marché très lentement toute la soirée. NEUF HEURES.

Une fois dans l'auto, en route vers la maison de ma mère, j'ai pu les enlever et bouger un peu mes orteils. Ça leur a pris du temps à plier dans le bon sens et ç'a craqué comme le dos d'un vieux de 90 ans. Mais le bonheur que j'ai ressenti après les avoir enlevés... le nirvana. C'est comme faire pipi après s'être retenu pendant 3 heures.

Le lendemain, ça me faisait un peu moins mal, mais mes gros orteils étaient pas contents. Je me suis dit que ça passerait. Mais ça passait pas. Une semaine après, je regarde mes orteils et HORREUR! Mes ongles de gros orteils sont noirs.


BEN VOYONS DONC.

Mon chum m'a dit qu'on devrait aller à la clinique pour qu'ils percent un trou et laissent sortir le sang. Mais de un, ARK et NON MERCI, et de deux, je vais leur dire quoi exactement? « Vous vous êtes échappé quelque chose de lourd sur les orteils, madame? » « Non, j'ai porté des talons hauts. »

J'ai regardé sur Internet à la place. Paraît que ça arrive aux athlètes s'ils portent des souliers mal ajustés. L'ongle se cogne au bout du soulier un peu trop et ça cause des bleus, mais sous les ongles. Paraît que l'ongle finit par tomber et que ça prend 6 mois à 12 mois à repousser.

Mouaip.

Tout ça pour des souliers à talons. Et un orgueil mal placé.

Bravo, championne!