mardi 25 décembre 2012


Joyeux Noël à tous!

 

Profitez-en, mais n'abusez pas trop, sinon....


mardi 18 décembre 2012

Des beaux cadeaux pour que vos amis vous aiment

Après avoir offert un cadeau poche, inutile ou vraiment étrange à votre ami pour le faire chier, c'est toujours bon de lui donner quelque chose d'un peu plus beau après. Sinon, vous allez vous retrouver seul au monde au jour de l'an, et ça, c'est vraiment pas le fun.

Ou alors, trouvez-vous des amis moins matérialistes qui n'ont pas besoin de cadeaux pour vous aimer.

M'enfin, juste au cas où vous ne pensez pas pouvoir en trouver d'autres à temps, voici un top 5 de beaux cadeaux à offrir. Je sais, c'est un peu dernière minute, mais je gage que vous êtes à la dernière minute de toute façon, alors on va bien s'entendre! Sinon, ben Noël revient l'an prochain, vous aurez quelques idées rendu là!

1. Des gants pour texter


Parce qu'on sait tous que sans messages textes, impossible de communiquer! C'est quand même une bonne idée, y'a rien de plus frustrant que d'avoir à enlever ses mitaines et se geler les doigts pour essayer de débarrer notre téléphone pour écouter de la musique/regarder l'horaire du bus/texter des affaires niaiseuses à son chum, etc.

2. Des tasses à surprise


Bon je sais, ça pourrait facilement se retrouver dans le top 10 des cadeaux inutiles, mais je les trouve tellement mignonnes! Imaginez prendre une gorgée de café et voir apparaître une face de hibou. Hoooon!

3. Des poches de glace rétro


Quand j'ai une migraine ou que je me cogne le genou bien fort contre un meuble et qu'on m'offre un sac de petits pois congelés, je trouve ça légèrement désagréable. Ça pue, ça coule pis c'est laid. Les poches de glace soulagent sans arrière-goût de frustration, ELLES! Oui, c'est à toi que je m'adresse, sac de petits pois cristallisés parce que ça fait 5 ans que tu traînes dans le congélateur! En passant, j'éviterais le motif avec les canards, à moins que ce soit pour un enfant (ou quelqu'un que vous aimez moins).

4. Un joli collier brodé de la Terre


Fait à la main en plus, avec un look antique vraiment cool! Je ne suis pas naturellement portée sur les bijoux, mais celui-là, je le trouve très original. Vive la Terre! (Aimons-la un peu mieux, s'il vous plaît.) (Dit-elle en encourageant l'achat massif de cadeaux.) (Ironie, quand tu nous tiens.)

5. Des aimants 8-bits pour les gamers


Pour les nostalgiques et les amoureux des vieilles consoles de jeu, rien de plus génial que d'afficher son personnage préféré sur son frigo pour se pâmer devant lui à toute heure du jour et de la nuit. Également faits à la main par une Québécoise et blogueuse vraiment attachante!

Plus que quelques jours avant les vacances, lâchez pas la patate (faut bien que quelqu'un la pile pour le repas de Noël).

Bon magasinage de dernière minute, et essayez de trouver le temps de vous reposer un peu! :)

mardi 11 décembre 2012

Cadeaux inutiles pour faire chier vos amis

Ça fait déjà deux ou trois semaines que je reçois des catalogues gossants de Noël provenant de différents magasins (pas à mon nom, évidemment, au nom des 80 autres personnes qui ont déjà habité ici depuis la nuit des temps et qui ont tous eu la merveilleuse idée de s'abonner à tous les catalogues du monde). C'est pas des catalogues Sears, en passant. Ça, je serais contente de le recevoir. Aaah, le catalogue Sears et la liste de cadeaux de notre enfance, c'est une paire gagnante comme le beurre de peanut et la confiture de fraise. Ou encore mieux : le beurre de peanut et le Nutella. Miam.

BREF.

Je jette quand même un coup d'oeil à ces catalogues-là, parce que j'ai grandi en apprenant à vivre harmonieusement dans notre « société de consommation » (peut-être un peu trop harmonieusement), et aussi parce que c'est devenu un réflexe, feuilleter les catalogues. Durant mes aventures dans ces univers de papier coloré rempli de visages de bonheur de Noël, de sapins illuminés et de trop-plein d'amour rouge et vert, j'ai découvert un nombre incroyable de trucs VRAIMENT inutiles.

Au lieu de vous aider à faire vos achats des fêtes, j'ai pensé faire le contraire et vous donner des idées de cadeaux vraiment poches qui servent pratiquement à rien. Qui sait, peut-être que vous devez participer à un échange de cadeaux qui vous tente absolument pas, et que vous avez envie de mettre tout votre mécontentement dans la sélection dudit cadeau. Comme ça, vous participez, mais avec un côté rebelle.

Allons-y donc pour un top 5 des cadeaux les plus inutiles que j'ai trouvés :

1. Le fantôme portatif d'un être cher


Pourquoi ne pas immortaliser votre être cher dans un bloc de vitre et découvrir de quoi il aura l'air quand il sera mort et qu'il reviendra vous hanter la nuit. À mettre sur le manteau de la cheminée, juste à côté d'une urne, question de compléter le tableau. Des heures et des heures de frissons d'horreur à regarder le visage fantomatique de celui ou celle qu'on aime. Ou même d'un étranger, pourquoi pas?

2. Un sapin bacon sent-bon qui sent le... bacon


Pas le temps de déjeuner le matin? Pas de problème! Accrochez ce merveilleux bacon sent-bon à votre rétroviseur, et c'est comme si vous étiez attablé devant un délicieux repas oeuf-bacon-patates, sans oeuf et sans patates. Sert aussi à donner mal au coeur à vos passagers, et à vous traumatiser à vie du bacon. Gageons que vous n'aurez plus envie d'en manger après l'avoir senti matin et soir dans votre char.

3. Un mixeur à margarita pour les gens VRAIMENT paresseux


Vous êtes tannés d'avoir à mélanger vos drinks vous-mêmes? Dévisser un bouchon, verser, dévisser un autre bouchon, verser... quelle vie terriblement difficile vous menez! Mais ne vous en faites pas! Pour la modique somme de 300 $, une machine mélangera le tout pour vous! Comme ça, vous pourrez vaquer à vos autres occupations beaucoup plus importantes, soit vedger sur le divan, un verre à la main.

4. Une mini distributrice de cannettes de liqueur


C'est donc plate de prendre une cannette de liqueur dans votre frigo, vous trouvez pas? Mais que faire lorsque la machine distributrice est beaucoup trop loin de votre domicile? Voici la solution! Une mini distributrice qui recréera l'immense plaisir de fouiller dans ses poches pour trouver du change, se rendre compte qu'on en n'a pas, aller au dépanneur pour casser un 20 $, revenir à la maison et mettre des 25 ¢ dans une machine qui prend trop de place, puis recevoir enfin une délicieuse cannette légèrement froide. Avec un peu de chance, la cannette va rester prise, et vous aurez la joie de donner des coups de pied dans la distributrice pour qu'elle vous donne votre cannette, la maudite. Du réalisme à en couper le souffle!

5. Un combiné rétro pour cellulaire


Vous êtes technophobe? Vous vous ennuyez TERRIBLEMENT du temps d'avant, quand on n'avait pas ces foutus cellulaires, ces ordinateurs portables trop légers et ce stupide « Internet » du démon? Vous voulez retourner à vos valeurs d'antan et transformer votre téléphone à la fine pointe de la technologie en un appareil encombrant et difficilement portatif? Ce cadeau est conçu spécialement pour vous! Revenez dans le temps, et pendant que vous y êtes, achetez-vous une télé en noir et blanc et un walkman jaune fluo Sony. C'était tellement mieux, avant...

***

J'espère que ces idées vous aideront durant votre magasinage des fêtes!

Et surtout, de rien.

mardi 4 décembre 2012

...Pardon?

La fin de semaine passée, mon chum décide de clavarder avec les gros voleurs gentils représentants de Comcast, notre fournisseur Internet, pour obtenir un prix un peu plus raisonnable.

La représentante sur laquelle il est tombé a apparemment pris à coeur la règle de ne jamais mentir au client.


[Traduction : La fille demande à mon chum comment il va, il répond « bien, et vous? », et elle de répondre : « Je souffre de dysménorrhée, mais ça va. »]


*** Je vous jure que c'est vraiment arrivé, ce n'est pas un trucage ou du photoshop. C'est bel et bien la véritable conversation entre mon chum et la représentante Comcast. ***

vendredi 30 novembre 2012

L'art de me faire chier (moi-même) #17

Réaction de mon cerveau lorsque je reçois trop de projets à faire en même temps : paniquer pendant des heures sans arriver à faire quoique ce soit de productif.

Merci, c'est très pratique.

mardi 27 novembre 2012

La Villa de mon enfance

J'ai grandi dans un mini petit village avec un nom bien trop grand pour lui : Saint-Paul d'Abbotsford. Imaginez-vous apprendre à écrire ça à 6-7 ans. Heureusement pour moi, tout le monde l'appelait Saint-Paul, et l'écrivait St-Paul pour faire encore plus court.

St-Paul, c'est presque rien, une rue principale avec des petites rues en branches qui se tortillent jusqu'à la montagne, le mont Yamaska. Des vergers. Des champs de fraises. Une école primaire, mais pas d'école secondaire.

J'habitais dans un petit coin en développement nommé la Villa Fortier. Une seule rue mène à la Villa Fortier : la rue des Cardinaux. Mais après avoir parcouru quelques mètres à peine, la rue se sépare en une foule d'autres oiseaux. Des Colibris, des Geais bleus, des Pinsons, des Mésanges, des Pics dorés. Un petit monde plumé, secret, calme et joli, avec un étang au centre. Avec des gens très gentils. Avec de la verdure à perte de vue. Une seule entrée, une seule sortie, un abri contre le monde dehors qui fait trop gris, qui roule trop vite, qui sonne trop fort.

Durant ma visite au Québec le mois passé, je suis allée y faire un tour avec mon appareil photo et ma caméra. Je n'avais que de bons souvenirs de la Villa Fortier. Son odeur d'automne, mes promenades à vélo au printemps, le patinage sur l'étang, l'hiver. La maison de mes amis. Ma maison. J'ai dû quitter la Villa Fortier à l'âge de 12 ans, quand mes parents se sont séparés. J'ai longtemps cru que mes souvenirs étaient enjolivés par la nostalgie. Que c'était probablement pas si paradisiaque que ça.

Je voulais voir si c'était vrai.

L'étang de la Villa Fortier
Mais finalement, mes souvenirs étaient bien réels. C'est beau, la Villa Fortier. Aussi beau que dans ma tête. C'est rare, quand même! On a roulé dans les rues-oiseaux. On a regardé les nouvelles maisons, au fond, là où il n'y avait qu'un terrain vague quand j'étais jeune. Là où on s'aventurait comme si on était à Narnia. Là où on attrapait des têtards dans les fossés pour les voir devenir grenouilles. On a vu de gentils voisins ramasser les feuilles, tranquillement. On a regardé les décorations d'Halloween, les yeux brillants.

Un flot de souvenirs m'a assailli. J'ai senti l'odeur des crayons à tremper dans l'eau que ma mère utilisait pour nous barbouiller le visage, le 31 octobre. J'ai presque senti le papier pas encore tout enlevé du crayon m'érafler le visage au passage. J'ai senti le vent froid transpercer mes mitaines, geler mes petits doigts agrippés au sac de bonbons. J'ai senti la chaleur des maisons, des sourires, des gens en pâmoison devant nos costumes pas si beaux que ça.

J'ai eu envie d'avoir 7 ans et de passer l'Halloween à la Villa Fortier, une dernière fois.

J'ai eu envie de revenir y habiter.

Il y avait quelques maisons à vendre. Si j'habitais encore dans le coin, j'aurais pas hésité une seconde. Même mon copain trouvait l'endroit magnifique.

Des fois, je pense que j'ai de la difficulté à trouver ma place dans le monde parce que dans ma tête, ma place, c'est à la Villa Fortier. Dans chaque maison que je visite, c'est une trace de la Villa Fortier que je cherche, en vain. La barre est un peu trop haute.

Mais c'est pas si grave que ça. Il me reste quand même les souvenirs.

mardi 20 novembre 2012

L'art de me faire chier #16

M'envoyer un projet « hyper ultra urgent » à remettre sans délai, mais prendre un bon trois heures avant de répondre à ma toute petite question envoyée à peine deux minutes plus tard.

vendredi 16 novembre 2012

Divertissement Facebookien

Des fois je trouve les annonces que Facebook affiche sur le côté assez divertissantes ou cocasses. Genre le fait que 90 % de mes annonces personnalisées soient des annonces de régimes draconiens, pour une raison qui m'échappe. Messemble que je me plains pas vraiment que je suis grosse et je cherche pas de régime sur Internet. Mystère.

Mais des fois, je trouve que les images associées aux annonces sont de très mauvais goût.

Genre celle-ci pour un centre de traitement de l'anorexie et de la boulimie.


Franchement. Pas fort.

Je sais que c'est pour capter l'attention, mais quand même.

Et je trouve ça ironique qu'on m'offre ça juste en dessous des annonces de régime du Dr Oz.

Décidez-vous, quand même.

mardi 13 novembre 2012

NaNoWriMo ou l'art du piètre timing

J'ai déjà mentionné ici que ça fait depuis que je suis toute petite que je rêve d'écrire un livre, mais que je n'arrive pas à m'y mettre sérieusement, surtout par manque de confiance en mes capacités. J'ai même commencé à en écrire un il y a quelques mois, mais je me suis vite butée au mur de mes doutes et angoisses, ce qui fait que j'ai sombré dans la mer du découragement. Joie. Et moi qui pensais que je savais nager...

Je suis alors tombée sur un livre d'un de mes auteurs préférés, Orson Scott Card, qui donne des trucs sur l'écriture d'un roman, et plus précisément sur les personnages et les points de vue. J'ai découvert que j'étais en train de commettre mille et une erreurs du débutant (par exemple, relire ses premiers chapitres et commencer la réécriture ici et là au lieu de tout écrire d'un trait et de laisser reposer avant de se mettre à la réécriture). J'ai donc arrêté l'écriture de mon roman pour me mettre à la lecture de bouquins du genre qui, je le crois, m'aident énormément. Le problème, c'est que je n'ai plus autant de temps qu'avant pour lire ces livres, et mon projet de roman me glisse entre les doigts. Ça ne me tente plus autant, on dirait...

Bref, tout ça pour dire qu'au printemps passé, en écoutant des podcasts sur l'écriture, j'ai entendu parler de NaNoWriMo, ou National Novel Writing Month (mois national de l'écriture d'un roman). Le but est d'encourager les participants à écrire un roman d'au moins 50 000 mots en mois, soit le mois de novembre. Il faut donc, en moyenne, écrire 1667 mots par jour.

J'ai trouvé l'idée géniale. Le site officiel de NaNoWriMo offre des outils de statistiques qu'on peut partager avec ses « amis » sur le site et un forum où discuter de nos difficultés et de nos réussites avec les autres. Ce qui m'attire, c'est le fait d'entreprendre un défi personnel, mais de le faire en même temps que de gens de partout dans le monde. Je suis certaine que ça m'encouragerait à aller jusqu'au bout.

Le problème, c'est que j'ai complètement oublié. Je VIENS de m'en souvenir, deux semaines après le début du défi. Ça me tente pas trop d'embarquer à mi-chemin comme ça. Ce serait un échec assuré. Surtout avec la charge de travail que j'ai en ce moment... Et je sais que je pourrais me faire mon propre défi un autre mois, mais c'est pas vraiment la même chose!

Mais bon, je me console en me disant que ça me donnera plus de temps pour lire mes ouvrages didactiques et me trouver une autre idée de roman! Sauf que cette fois, j'ai ajouté une note à mon agenda Google pour ne pas oublier...


vendredi 9 novembre 2012

L'art de me faire chier #15

Appeler l'Internal Revenue Service pour poser une question concernant le numéro d'identification de ma compagnie et passer une heure à essayer de parler à quelqu'un parce que...

- Bonjour, vous avez bien rejoint l'Internal Revenue Service. Veuillez choisir l'une des options suivantes. Pour continuer en anglais, appuyez sur le 1.

*Appuie sur le 1*

- Veuillez choisir l'une des options suivantes. Pour faire une demande de numéro d'identification, appuyez sur le 1. Pour connaître les conditions d'admission d'un numéro d'identification, appuyez sur le 2. Si vous avez déjà un numéro d'identification et que vous avez des questions, appuyez sur le 3. Pour...

*Appuie sur le 3*

- Veuillez choisir l'une des options suivantes. (Silence). Veuillez choisir l'une des options suivantes.

*Meh?*

- Pour faire une demande de numéro d'identification, appuyez sur le 1. Pour connaître les conditions d'admission d'un numéro d'identification, appuyez sur le 2. Si vous avez déjà un numéro d'identification et que vous avez des questions, appuyez sur le 3. Pour...

*Heeu c'est revenu au menu précédent? Hmm...*

*Appuie sur le 3*

- (Silence). Désolés, nous ne pouvons pas vous aider. Veuillez visiter notre site Web. *Raccroche*




Note : J'ai sauté quelques étapes de sélection parce que sinon, ç'aurait été trop long et plate à lire. Tous les numéros du menu faisaient la même chose. Une boucle infinie de bonheur intense, quoi.

mardi 6 novembre 2012

La marée


Il doit y avoir quelque chose dans les grandes étendues d'eau qui augmente le QI. (Sauf dans le Golf du Mexique, on dirait.)

vendredi 2 novembre 2012

Orteils et talons hauts

Vous trouvez pas que ce titre sonne comme un roman pour filles branchées du genre Gin tonic et concombres?

Ben ça tombe mal, parce que ce billet va plutôt vous montrer à quel point je suis loin d'être une fille branchée. Même si j'ai essayé bien fort de l'être.

C'est que, voyez-vous, l'une des raisons pour laquelle je suis retournée au Québec durant une semaine, c'est pour aller à mes retrouvailles du secondaire (10 ans déjà, on rajeunit pas). Puisqu'au secondaire, j'ai longtemps été une souffre-douleur mal-aimée des garçons, je me suis dit que je me mettrais belle pour leur montrer que ça m'avait pas affectée, et que je m'en étais bien tirée pareil. Même si bon, c'est clair que ça m'a affectée si je me suis dit ça, mais on va faire semblant que c'était tout à fait logique.

Alors j'ai déniché de beaux souliers à talons hauts et une belle petite robe noire. Il faut savoir que je porte rarement des talons hauts. Je travaille de chez moi, alors... Les talons sur du tapis, surtout quand il y a un voisin en dessous, c'est pas génial. Mais ça ne m'a pas découragée pour autant. J'en ai quand même porté une ou deux fois, je suis presque une pro!

En me pratiquant à marcher avec (une pro, je vous dis), je me rends compte que mes talons glissent un peu hors des souliers. Pas de problème, que je me dis, je vais mettre des semelles (c'est du pro ça, mes amis). On court chez Yellow pour en acheter, on insère ça dans mes beaux souliers, et hop! le problème est réglé! Bon, maintenant c'est un peu sérré au niveau des orteils, mais c'est pas grave. C'est pas comme si j'allais rester debout toute la soirée.

HAH!

Saviez-vous ça, vous, que les gens qui participent à des retrouvailles préfèrent rester debout toute la soirée? Moi, non. Y'avait des tables, des chaises et tout, mais non. Presque tout le monde est resté debout. Tout. Le. Long. Faut dire que y'avait peut-être deux ou trois autres filles max avec des talons. Mais elles, elles étaient de vraies pros.

Et donc parce que je suis orgueilleuse et que le but était de montrer que je m'en étais bien sortie dans la vie, je ne voulais pas être la seule assise parce qu'elle est pas capable de marcher dans ses souliers trop branchés pour elle. Je suis restée debout, envers et contre tous (mes orteils), pendant 9 heures.

Bon, j'avoue que je les ai enlevés ici et là pendant une dizaine de minutes, mais sinon, je les ai gardés et j'ai marché très lentement toute la soirée. NEUF HEURES.

Une fois dans l'auto, en route vers la maison de ma mère, j'ai pu les enlever et bouger un peu mes orteils. Ça leur a pris du temps à plier dans le bon sens et ç'a craqué comme le dos d'un vieux de 90 ans. Mais le bonheur que j'ai ressenti après les avoir enlevés... le nirvana. C'est comme faire pipi après s'être retenu pendant 3 heures.

Le lendemain, ça me faisait un peu moins mal, mais mes gros orteils étaient pas contents. Je me suis dit que ça passerait. Mais ça passait pas. Une semaine après, je regarde mes orteils et HORREUR! Mes ongles de gros orteils sont noirs.


BEN VOYONS DONC.

Mon chum m'a dit qu'on devrait aller à la clinique pour qu'ils percent un trou et laissent sortir le sang. Mais de un, ARK et NON MERCI, et de deux, je vais leur dire quoi exactement? « Vous vous êtes échappé quelque chose de lourd sur les orteils, madame? » « Non, j'ai porté des talons hauts. »

J'ai regardé sur Internet à la place. Paraît que ça arrive aux athlètes s'ils portent des souliers mal ajustés. L'ongle se cogne au bout du soulier un peu trop et ça cause des bleus, mais sous les ongles. Paraît que l'ongle finit par tomber et que ça prend 6 mois à 12 mois à repousser.

Mouaip.

Tout ça pour des souliers à talons. Et un orgueil mal placé.

Bravo, championne!

mardi 30 octobre 2012

Coups de coeur du mois de septembre

OUI JE SAIS. Le mois d'octobre est presque terminé, comment ça les coups de coeur du mois de SEPTEMBRE? Franchement...

Pardonnez mon retard, c'est que j'ai été ensevelie sous une tonne de travail à terminer avant mes vacances au Québec, alors je n'ai pas eu le temps de faire autre chose que de paniquer en me disant que je ne finirai jamais tout ça à temps et de regarder l'heure passer à une vitesse sidérante, complètement paralysée par l'angoisse.

Mais j'ai réussi quand même. Yay!

Sauf que là, je suis en retard sur mon blogue. Mais je sais que vous êtes conciliants et que vous ne m'en voudrez pas trop. Enfin, je l'espère.

Donc voici mes coups de coeur du mois de septembre!

1. Ces sculptures en citrouille vraiment incroyables (faut dire que ce coup de coeur arrive à point, même s'il est supposément en retard).


2. Ce nouveau mème sur les trucs que le cerveau fait qui nous font chier.


Désolée, c'est en anglais, mais je vous en traduis quelques-unes : « Insiste que vous avez oublié quelque chose... refuse de vous dire quoi », « A la capacité d'emmagasiner et de mémoriser une quantité presque infinie d'informations... ne le fait pas », « Déteste passionnément une chanson... la chante dans votre tête toute la journée ».

3. Un jouet pour chat nommé Cat Dancer qui vire ma chatte complètement folle à chaque fois que je le sors.


4. Ce gif d'un chat pas mal ingénieux (ou très chanceux).


5. Cette vidéo d'Écureuilman, le cousin de Batman.




jeudi 25 octobre 2012

De retour de vacances

Nenon, je ne suis pas morte, ne vous en faites pas! J'étais en vacances au Québec, question de rendre visite à mes amis et ma famille, me bourrer la face de chips all dressed et de sucre à la crème, m'émerveiller devant les couleurs des feuilles, et tout le tralala.

Je vous raconte ça bientôt!

jeudi 11 octobre 2012

Jusqu'au bout de la vie

Y'a rien de plus attendrissant que de voir deux septuagénaires à vélo, se promenant côte à côte dans les rues par une belle fin d'après-midi ensoleillée, avec leurs casques et leurs petits paniers de plastique à l'avant.

J'aimerais ça qu'on se rende jusque-là, mon copain et moi. Qu'on pédale ensemble jusqu'au bout de la vie, jusqu'au coucher de soleil qui nous attend à l'horizon.

Je ferais sonner ma sonnette juste pour faire chier le monde mettre de la joie dans le coeur des passants.

vendredi 5 octobre 2012

Hein?!

Je ne parle pas très fort. Et j'ai tendance à parler vite. Je blâme le fait d'avoir grandi en écoutant François Pérusse.

Cette situation fait en sorte que certaines personnes ne m'entendent pas très bien et me demandent souvent de répéter. En fait, « certaines personnes », c'est presque exclusivement ma mère et mon chum. Fouillez-moi pourquoi. Peut-être que je marmonne plus avec ma famille qu'avec les autres.

Bref.

Ça M'ÉNERVE me faire demander deux ou trois fois de suite « HEIN?! », « QUOI?! », « HAN?! ». Ça m'agresse. C'est toujours demandé avec un ton presque étonné, comme si je venais de dire la pire chose de l'univers, genre « j'aime bien les bébés morts », ou de quoi comme ça. Ce qui fait que, quand ça arrive trop souvent dans une journée, je deviens exaspérée et je perds patience, et si on me demande de répéter, je le fais presque en criant pour ne pas avoir à redire la même chose trente fois.

Étrangement, ça arrive souvent dans mes SPM. Mystère.

Pour contrer ce problème, mon chum a découvert ce qu'il appelle une « solution infaillible ». Son choix d'adjectif est discutable, mettons. Mais c'est quoi, cette solution? Quand je dis quelque chose qu'il ne comprend pas, il me répète ce qu'il a entendu, ou il invente le reste des mots qu'il n'a pas compris.

- Y'a comme une odeur de poubelle qui vient de la fenêtre.
- Hein? Y'a une poubelle dans ta sacoche qui vient de naître?

- T'aurais pas envie d'aller manger une crème glacée molle?
- Hein? T'as envie de pipi mais t'es trop molle pour y aller?

- Il reste pu de lait en passant.
- Hein? Ça pue dans le bain du voisin?

Au moins, ç'a l'avantage de me faire rire au lieu de m'exaspérer! Mais c'est toujours tellement loin de ce que j'ai vraiment dit, que des fois, je me demande s'il fait exprès...


mardi 2 octobre 2012

Cher Las Vegas...

Mon chum est allé à Las Vegas avec une gang d'amis, mais je n'ai pas pu me joindre à eux à cause de la job. Une de ses amies avec qui je m'entends bien m'a acheté un délicieux souvenir :



Et mon chum? Il m'a rapporté ça :

ATTENTION, NE CLIQUEZ PAS SI VOUS ÊTES AU BUREAU!



samedi 29 septembre 2012

L'art de me faire chier #14

Acheter des casseaux de framboises à 50 % de rabais, et me rendre compte une fois rendue à la maison que la moitié du dessous est pourrie, ce qui fait que j'ai payé la moitié mangeable 100 % du prix, mais qu'en plus, je me suis fait chier à trouver les framboises correctes avant de jeter le reste.

mardi 25 septembre 2012

Quétaineries

Là, je vais ouvrir tout grand mon coeur et vous avouer une chose : chaque année, quand l'automne se pointe le bout du nez, je deviens ultra quétaine.

Je sens d'ici votre curiosité. Quétaine comment, exactement?

Quétaine comme dans « j'accroche des guirlandes de fausses feuilles dans mes fenêtres ».


Quétaine comme dans « je brûle des chandelles aux noms aussi vagues qu'exaltants, comme Air d'automne, Citrouille épicée, Récolte du verger, Réconfort de foyer, Feuilles mortes et vers de terre ». J'exagère à peine.


Quétaine comme dans « je m'achète des saveurs de thé spécial de l'automne, et tout ce qui a les couleurs des bonbons en forme de maïs (candy corn) attire mon regard comme des diamants étincelants ».


Voyez-vous, l'automne, c'est ma saison préférée. J'étais pas folle-quétaine de même avant de quitter le Québec. Je pouvais profiter de l'automne pendant que ça arrivait. Je pouvais ouvrir mes fenêtres pour sentir le bon parfum des feuilles à l'agonie qui se meurent. Je pouvais m'emmitoufler dans un gros chandail chaud et boire un thé ben normal pour me réchauffer après une longue marche dehors, au frais.

Mais depuis que je suis ici, je n'ai plus la chance de vivre tout ça. Alors je fais ce que je peux pour recréer l'atmosphère de l'automne, avec des cossins quétaines à l'os qui me font un peu honte quand j'invite des amis à souper, mais dont je peux pas me passer.

Voilà.

Je vous en avoue, des choses intimes et personnelles, ces jours-ci!

On est presque des meilleurs amis maintenant.

Sur ce, je vais aller compléter mon trip d'automne en jouant à Costume Quest pour la 3e fois.

P.-S. Je vais sûrement chialer à propos de mon manque d'automne chaque année. Vous pourrez pas dire que je vous ai pas avertis!

vendredi 21 septembre 2012

Comment savoir si un chat vit chez soi


On me demande souvent quels sont les signes d'une occupation féline dans notre chez-soi. En effet, ces petites bêtes furtives et leur tendance à se fondre dans le décor rendent le diagnostic difficile, voire impossible. C'est pourquoi j'ai décidé de vous présenter une liste des indices témoignant qu'un chat vit bel et bien chez vous.

1. Meubles endommagés



Si vos meubles présentent d'étranges marques ou rainures, ou encore de minuscules perforations, il est probable qu'un chat se cache chez vous. Cependant, sachez que ces marques peuvent également indiquer la présence d'autres bêtes, comme des chiens, des souris, des hamsters ou des bébés qui font leurs dents. Soyez aux aguets!

2. Poils



La présence d'une quantité impressionnante de poils est un signe commun d'une occupation féline. Attention cependant de ne pas confondre les cheveux humains et les poils de chat. Assurez-vous que les poils sont courts et ne correspondent pas aux cheveux des gens qui fréquentent votre foyer. Par exemple, un long cheveu blond suspect indiquerait plutôt la présence d'une maîtresse clandestine que d'un félin. Consultez le guide des signes d'une occupation cocufiante pour plus de détails.

3. Empreintes inconnues


Si vous trouvez de petites traces de pas qui ne correspondent pas à la forme de vos souliers, vous avez probablement affaire à un chat. Notez cependant que si les empreintes sont d'une taille démesurée et ressemblent plutôt à la photo ci-dessous, vous avez affaire à un dinosaure. Sortez immédiatement de votre domicile et composez le 911.

Empreinte de dinosaure

4. Bosses sous les couvertures


Si des bosses insolites apparaissent sous les couvertures de vos lits bien faits, ne paniquez pas. Un chat se trouve très probablement dans votre maison. À moins que ce ne soit le linge sale de votre conjoint(e), ou un oreiller mal placé. Vérifiez avec prudence.

5. Chat sur le sofa




Si vous trouvez un chat sur votre divan, il est possible qu'un chat vive dans votre maison. Soyez à l'affût des autres signes pouvant confirmer cette hypothèse.

***

J'espère que ce petit guide vous aidera à déterminer si votre domicile fait l'objet d'une occupation féline. Si vous découvrez un ou plusieurs des signes présentés dans cet article, il est très probable qu'un chat occupe votre espace vital. La meilleure façon de composer avec une telle situation est de caresser le chat, de jouer avec lui, de le nourrir et de profiter de sa compagnie.

Bonne chance!

mardi 18 septembre 2012

Confession urbaine #6

Ça fait à peine quelques années que je commence à me foutre de ce que les gens peuvent bien penser de mes goûts musicaux. On dirait qu'à partir de 25 ans, les gens ont enfin autre chose à faire que juger les autres, ou alors c'est juste moi qui a fini par comprendre que ce que les autres pensent, c'est vraiment pas important.

Bref, tout ça pour dire que je l'aimais, moi, la chanson Toxic de Britney Spears quand elle est sortie. Mais j'ai dû faire semblant de pas l'aimer devant les autres, et l'écouter en cachette chez moi. PLUS MAINTENANT!

Dans le même ordre d'idée, je vous avoue aussi que j'adore Love You Like a Love Song de Selena Gomez, et que je l'écoute parfois en boucle, pour le fun.

JUGEZ TANT QUE VOUS VOUDREZ! Je vous entendrai pas à travers le son de ma toune à 12 000 décibels.

dimanche 16 septembre 2012

Ma première entrevue

La multi-talentueuse photographe et auteure Anne Jutras m'a proposé de participer à sa nouvelle chronique « Tête-à-tête », qui présente des entrevues avec des blogueurs qu'elle aime bien. C'est évidemment avec joie que j'ai accepté! Même que je suis la première. YAY!

Donc si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, jetez un coup d'oeil à mon entrevue. Je me sens toute spéciale et professionnelle, tout à coup. Je voudrais remercier ma mère pour ses encouragements et... Ah non? C'est pas le bon contexte?

Bouh.

Au fait, profitez-en pour admirer les magnifiques photos d'Anne, ça vaut le détour!

samedi 15 septembre 2012

Tomates

Des fois, je rêve d'avoir une caisse de tomates molles.

Comme ça, je pourrais lancer des tomates sur ceux qui savent pas vivre en société et qui pullulent dans le stationnement sous ma fenêtre.

Une tomate sur le gars avec sa souffleuse à feuilles qui s'entête à essayer de souffler sur 3-4 feuilles à 7 h du matin.

Une tomate sur le camion à vidanges qui décide de se pointer trop tôt, souvent, et qui doit absolument reculer pendant un bon 20 minutes en faisant BIP BIP BIP BIP.

Une tomate sur chaque personne qui sort du resto à 3 heures du matin et qui trouve que le stationnement, c'est donc ben la place idéale pour se dégourdir les cordes vocales. Le plus fort possible.

Une tomate sur la fille qui a klaxonné 12 fois (j'ai compté) afin que son amie sorte dudit resto pour venir la rejoindre, et ce, à 2 h du matin.

Messemble que ça ferait donc du bien, lancer des tomates sur ceux qui nous enragent.

mercredi 12 septembre 2012

Ménage électronique

Je sais pas pour vous, mais moi, mon bureau est toujours en désordre. Je parle bien sûr du bureau de mon ordinateur, pas de mon bureau en bois. En fait, je travaille sur mon divan avec mon ordinateur portable, alors j'ai pas de vrai bureau où foutre le bordel.

J'utilise mon bureau virtuel pour savoir où je suis rendue dans mes contrats. J'accumule les fichiers à faire, les factures, les glossaires, etc. Je les aligne par projet pour m'y retrouver un peu, mais reste qu'après un bout, c'est un vrai fouillis de fichiers et j'y vois plus rien.

Quand ça devient tellement grave que je ne vois presque plus mon fond d'écran, je me botte les fesses pour faire le grand ménage du bureau. Je classe les fichiers dans les dossiers de mes clients, je supprime les photos inutiles, je déplace des trucs ici et là.

J'ai pensé vous montrer un petit avant et après, pour le plaisir (oooh quel plaisir!). Bon, l'avant est vraiment pas si pire que ça, j'ai déjà vu pire, mais je sentais quand même qu'un nettoyage s'imposait.

Avant

Après
Une fois que c'est fait, je me sens toute propre et je respire mieux.

C'est bizarre à quel point le désordre peu déranger, même virtuel.


P.-S. Le fond d'écran est une gracieuseté d'Extra Ordinary, une bande dessinée en ligne que j'ai découverte il y a peu et que j'aime bien.

mardi 4 septembre 2012

Coups de coeur du mois d'août

1. Les sacs de pois mange-tout de Safeway

Prélavés, naturellement sucrés, délicieux. C'est mieux qu'un sac de chips, mais je passe à travers tout aussi rapidement. Enfin une collation santé que j'aime. Pour le moment, en tout cas. Je me tanne vite des collations...


2. Les macarons Folle aux chats de Lorazepam

Pas juste parce que Nova en fait partie, là! Mais aussi parce que les profits vont servir à payer la facture du vétérinaire de la pauvre chatte gériatrique Po qui est tombée malade le mois dernier. Elle vend aussi d'autres macarons (comme le macaron de Po contre la hausse), des T-shirts, et bientôt des affaires cool en Hama Beads! Moi, je lui ai commandé un aimant Totoro pour mon frigo :D


3. Ce foetus de Hello Kitty à la fois traumatisant et fascinant

Je sais pas pourquoi. Ça me fascine de voir ce que les gens peuvent créer. Avouez que c'est bien fait, quand même!


4. Cette liste des 21 choses les plus terribles au monde

Allez voir, c'est pas si terrible que ça. C'est plus drôle qu'autre chose. Quoique le numéro 14...

5. Les graines de tournesol enrobées de chocolat de Trader Joe's

C'est incroyable à quel point un mélange aussi simple que du chocolat et des graines de tournesol puissent être aussi délicieux. On est loin du mélange de noix et de M&M. Les amandes enrobées de chocolat, c'est RIEN à côté de ça. J'essaie de ne pas en acheter trop souvent parce que j'ai de la misère à m'arrêter...


vendredi 31 août 2012

L'étude du sommeil

Voici l'histoire tant attendue de mon étude du sommeil. Je vous avertis, c'est plate. Il s'est rien passé de super intéressant, malheureusement. Je pourrais mentir en vous racontant que Brad Pitt était là pour une étude du sommeil lui aussi, mais non. De toute façon, s'il en avait besoin d'une, j'imagine qu'il irait à une clinique à LA. Non mais, logique, tsé.

La nuit d'avant, je me suis forcée à dormir juste 5 heures parce qu'ils m'ont avertie que si je ne dormais pas à minuit, ils me donneraient un somnifère. J'ai déjà pris un somnifère une fois. J'ai paniqué toute la nuit et j'ai encore moins dormi. Paraît que ça fait ça, des fois. Alors non merci.

Je suis arrivée là à 20 h. Je m'attendais à une pièce qui ressemble à une chambre d'hôtel, genre un peu chaleureuse, petite mais coquette. Mais finalement, non. Même pour les études du sommeil, les chambres d'hôpital ressemblent à des chambres d'hôpital. Éclairage néon, murs blancs, couverte de grand-mère usée à la corde et tellement bleachée qu'elle est raide comme du bois. Minuscules oreillers qui font à peine la grosseur de ta tête. Pas de cadran.

J'avais quand même une télé, mais elle était tellement petite et loin dans le coin de la chambre que j'étais même pas capable de lire les titres des émissions dans le guide. Mais c'est pas grave, j'avais emmené un livre et mon Nintendo 3DS.

À l'image de la chambre et de ses composants, une minuscule infirmière asiatique est entrée et a commencé à m'installer des électrodes un peu partout. Elle me posait parfois des questions, auxquelles je répondais « pardon? » parce qu'elle parlait aussi bien l'anglais que je parle l'italien, c'est-à-dire à peine. Elle était quand même sympathique, au moins!

Une chose que je savais pas : pour coller les électrodes, il faut frotter la peau avec un genre de crème abrasive pour que ça pogne bien. Donc j'ai eu un semi facial gratuit dans le front, sous les yeux et sur la poitrine. Agréable. J'ai failli lui demander d'en mettre sur mon nez tant qu'à y être. Ç'aurait peut-être aidé à faire partir les points noirs, qui sait?

Mais le pire, c'est la colle dans les cheveux. Elle a mis genre 3-4 électrodes sur ma tête, et je paniquais à l'idée de les enlever. J'imaginais déjà la grosse touffe de cheveux qui partirait avec l'électrode le lendemain. Déjà que je perds mes cheveux à la pelle... Fort heureusement, c'est de la pâte qu'ils utilisent sur la tête, pas de la colle. C'est parti assez facilement, fiou!

Ils ont aussi collé un microphone sur ma gorge pour voir si je ronfle ou si je parle dans mon sommeil (j'avais peur de raconter tous mes secrets durant la nuit, mais on dirait que je me suis retenue), et ils ont installé un tube dans mon nez pour évaluer ma respiration. Un peu comme les tubes à oxygène qu'on nous met après une opération, mais sans oxygène. Enfin, ils ont mis une pince sur mon doigt qui sert à calculer le taux d'oxygène dans mon sang.

Une fois ma robotisation complète (parce que j'avais vraiment l'air d'un robot en construction avec tous les fils qui me sortaient de partout), je me suis couchée dans le lit pour lire jusqu'à ce que je m'endorme. Ce qui veut dire qu'à minuit, j'ai fermé les lumières et je me suis forcée à m'endormir pour éviter le somnifère.

Heureusement pour moi, le sommeil léger compte pour du sommeil, et il paraît que je l'ai atteint assez rapidement. Moi, j'ai eu l'impression d'être restée éveillée pendant 2 heures, mais j'étais entre les deux tout ce temps-là. Le problème, c'est que les murs étaient faits en papier. J'entendais tout ce qui se passait. Je suis presque certaine d'avoir entendu l'infirmière s'ouvrir un pot de yogourt. Messemble que la base, dans une clinique du sommeil, c'est de s'assurer que les gens peuvent dormir tranquille, non? M'enfin.

Je me suis réveillée le matin quand j'ai entendu les autres employés arriver. J'ai alors compris que je ne faisais pas d'apnée du sommeil. S'ils découvrent que tu arrêtes de respirer plusieurs fois durant la nuit, ils viennent te réveiller pour te mettre la machine CPAP pour voir si ça aide. Ce ne fut pas mon cas, alors yay!

CPAP
Donc puisque je ne souffrais pas d'apnée, ils ont décidé de me garder durant la journée pour me faire le test de narcolepsie. Le but, c'était de me forcer à faire une sieste de 20 minutes aux 2 heures. Si je m'endors rapidement et/ou si j'atteins le sommeil paradoxal (celui où on rêve) durant mes siestes, ça voudrait dire que je suis probablement narcoleptique, mais sans cataplexie (donc que je ne « tombe » pas endormie sous l'effet d'émotions fortes, littéralement).

Le problème, c'est qu'ils m'ont donné un délicieux petit déjeuner composé d'un triste muffin anglais sec sans rien dessus et d'un motton d'oeufs brouillés, accompagnés d'un berlingot de lait. Miam. Peut-être que je suis difficile, mais ça m'a coupé l'appétit.



J'ai donc bu le lait, et j'ai mangé une barre d'énergie que j'avais emmenée comme collation. Sauf que je ne bois jamais de lait, comme ça, sans céréales. Surtout pas le matin. Apparemment, je ne devrais pas. J'ai eu mal au coeur toute la matinée, donc les deux premières siestes n'ont pas été faciles.

Ç'a passé, heureusement. Sauf qu'à la troisième sieste, un bébé s'est mis à hurler de l'autre côté du mur, donc incapable de dormir. Insonorisation 101?

Enfin, à 17 h, ils ont arraché les électrodes de ma face et de ma tête, me laissant avec de beaux ronds rouges qui ressemblaient aux suçons de notre adolescence (je ne parle pas du bonbon, ici) et la tête pleine de pâte dégueu.

Bref, ce fut la journée la plus longue de ma vie. Je suis restée enfermée dans la petite chambre, pas le droit d'ouvrir les rideaux pour éviter que la lumière du soleil me réveille trop, pas d'Internet... Pas de bouffe non plus, j'avais pas envie de savoir ce que le dîner me réservait et j'avais trop mal au coeur.

Quand mon chum est venu me chercher, c'est comme si je sortais de prison. On est allés se bourrer la face chez Chili's (à emporter), et le soir venu, je me suis couchée dans mon lit comme si c'était la 8e merveille du monde. SIIIII CONFORTAAAAAAAAABLE. SIII DOUUUUUUUUUUUX. ÇA SENT SIIIIIIIIIIIII BOOOOOOOOOOOOOON.

Les résultats?

Je me suis réveillée 38 fois (!!!) durant la nuit. La normale, c'est 5. Oups. Mais pour le reste, c'est normal. Je suis entrée en sommeil paradoxal durant deux des siestes, mais c'est peut-être juste parce que j'étais épuisée. Il m'a donc diagnostiqué une fatigue excessive marquée avec narcolepsie « possible », mais il avait pas l'air convaincu. Il dit qu'il a noté ça pour pouvoir me donner des stimulants et traiter le symptôme.

Mais moi, je préfère trouver la source plutôt que de commencer à prendre des stimulants pour masquer le problème.

Retour à la case départ, mais au moins, j'ai pas de problèmes de sommeil! YAY!

Fin.


mardi 28 août 2012

L'art de me faire chier #13

Quand je t'écris un courriel avec une question concernant le renouvellement de la licence de ma compagnie et que je précise que je préférerais que tu me répondes par courriel au lieu de m'appeler afin que j'aie un historique de la conversation à conserver pour référence ultérieure, mais que tu continues de m'appeler après CHAQUE courriel que je t'écris.

C'est simple, messemble. Si je t'écris un courriel, tu me réponds par courriel. Si je t'appelle et que je laisse un message, tu me rappelles.

Bienvenue dans le 21e siècle, mon vieux.

vendredi 24 août 2012

Tachycardie

Depuis environ 8 mois, je suis toujours épuisée, même quand je dors 12 heures, ou que je fais des siestes pendant la journée, et MÊME SI je me mets du Clean & Clear Morning Burst dans la face le matin pour bien me réveiller. Incroyable.

Puisque j'ai des problèmes de thyroïde (maladie de Graves/Basedow) depuis que j'ai 8 ans et que je dois maintenant prendre des hormones synthétiques, j'ai couru chez mon endocrinologue pour voir si ma dose devait être ajustée. En effet, une dose mal ajustée, même minime, peut provoquer plein de symptômes désagréables, comme la fatigue. Malheureusement, c'était pas ça le problème. Et mon endo a décidé de jouer les Dr House et d'essayer de trouver le bobo, même si c'est pas vraiment sa job. Des fois je me dis qu'il a mal choisi sa branche!

Bref, il m'a recommandé de rencontrer un spécialiste du sommeil pour voir si mon problème vient de là. Je prends donc rendez-vous avec Dr Clerk, un gentil monsieur hyper intelligent qui adore tout expliquer en détails. Ça paraît qu'il tripe sur sa job, ce qui me rassure tout de suite. Mais puisqu'il parle beaucoup, il se met un peu en retard durant notre rendez-vous. Il me demande alors de le suivre dans la salle d'à côté pour faire un examen physique rapide pendant qu'il m'explique c'est quoi l'apnée du sommeil, et pourquoi ça se peut que j'en souffre même si je ne fais pas de surpoids.

Donc pendant qu'il me regarde dans la gorge, les oreilles, qu'il prend ma pression et tout, il me jase ça comme un vrai pro, sans me prendre pour une imbécile. Ce que j'apprécie énormément. Puis vient le moment où il me décrit les traitements de l'apnée du sommeil, du moins invasif au plus terrifiant.

C'est donc rendu au quatrième traitement qu'il m'explique en long et en large comment les chirurgiens passent le scalpel dans les amygdales, le palais mou, la luette pour tout enlever, puis scient un os de la mâchoire où est rattachée la langue et le vissent un peu plus vers l'avant pour faire avancer ladite langue.

Et pendant qu'il me raconte tout ça d'une passion enfiévrée, il prend mon pouls.

Il s'arrête de parler soudainement, surpris :

- Ton coeur bat vite! 115 battements la minute!

Noooon, c'est vrai? Je me demande ben pourquoi...


Note : J'ai  été passé le test du sommeil cette semaine, je vous en reparle dans un autre billet. Si ça vous intéresse.

mardi 21 août 2012

Confession urbaine #5

Des fois, j'ai pas envie d'aller me coucher même si je suis hyper fatiguée juste parce que je trouve ça trop dur et long de me brosser les dents, me laver la face, me déshabiller, etc. Alors je gosse sur Internet une ou deux autres heures à la place.

C'est tu ça, le comble de la paresse?

vendredi 17 août 2012

La grande petitesse

J'ai pris l'habitude d'écouter des épisodes de la dernière saison des Enfants de la télé sur mon cellulaire quand je m'entraîne au gym. C'est assez long pour couvrir mon 45 minutes de marchage rapide sur place qui mène nulle part, et c'est assez divertissant pour faire passer le temps un peu plus vite.

Tantôt, j'ai écouté le spécial sur le Bye Bye, et l'envie soudaine de pleurer m'a prise à la gorge.

Pas parce qu'ils parlaient de quelque chose de triste, mais parce que je me suis rendu compte à quel point le Québec me manque. À travers les artistes Québécois qui racontaient leur expérience sur le plateau, dans les coulisses des émissions que j'écoutais (et que j'écoute encore), j'ai retrouvé ce que j'aime tant de ma province natale : la chaleur humaine.

Je sais que ce billet-là va paraître quétaine ou cucul, surtout pour ceux qui habitent au Québec et qui manquent de recul, ou ceux qui pensent que les comédiens québécois sont des snobs, que les émissions québécoises sont nulles, ou peu importe. Moi, je les aime, les émissions québécoises. Elles sont remplies de « moi » que je ne retrouve pas dans les émissions américaines. C'est ma langue, c'est mon paysage, ce sont les visages que je connais par coeur pour les avoir vus tant de fois en grandissant.

Je trouve qu'on est chanceux d'avoir un public francophone restreint au Québec. Oui, ça fait en sorte que c'est plus difficile de trouver des fonds pour créer des oeuvres. Oui, ça veut dire que les oeuvres atteignent moins de gens qu'on aimerait. Oui, ça veut aussi dire que c'est pas facile de percer dans le milieu déjà saturé, parce que trop petit. Mais ça veut aussi dire que les gens qui y travaillent sont plus modestes. Plus accessibles. Plus humains. Ce ne sont pas des millionnaires qui vivent dans leur propre univers, séparés du reste du monde. Ce ne sont pas des gens qui se croient demi-dieux. Et ils ont la chance d'être entourés de Québécois, qui sont normalement plus respectueux de la vie privée.

C'est sûr qu'il y a toujours des exceptions à la règle. Mais reste que quand je vois un comédien québécois, je l'apprécie pour son talent et pour ce qu'il est dans la vraie vie. Quand je vois un acteur américain, pour moi, c'est un être inaccessible, presque un personnage. Un robot façonné par une équipe monstre composée de PR, d'agents, de stylistes, de maquilleurs, de coiffeurs et autres. Des poupées de cire sans chaleur humaine. Des hologrammes qui disparaissent une fois le film terminé.

Dans la petitesse du Québec, moi j'y vois une grande famille, un cocon bien chaud et protecteur, une culture que je ne trouve pas ici. Une ouverture aux autres qui me manque tellement. Rencontrer un étranger québécois, c'est ouvrir toute grande la porte de nos maisons et s'inviter mutuellement à y entrer, à fouiller dans le frigo pour se prendre une bière, à s'étendre sur le sofa, pieds nus, et à faire comme chez soi la seconde où on se rencontre. Comme si on se connaissait depuis toujours. Rencontrer un étranger américain, c'est se heurter à un bloc de glace qui ne laisse passer qu'une image brouillée de la personne. C'est passer des jours à essayer de faire fondre la glace, petit à petit, à coups de conversations insipides sur la température. C'est se glacer les doigts à essayer d'atteindre l'autre. C'est l'hypothermie de l'âme assurée.

Moi, je nous aime, les Québécois. J'aime nos comédiens, nos auteurs, nos musiciens, nos artistes, nos créations. J'aime ce que nous sommes et ce que nous voulons être. J'aime notre grande petitesse, notre riche culture miniature, notre minuscule écosystème bien à nous qui, à mon avis, n'a d'égal nulle part ailleurs.

Et je suis fière de nous.

Et surtout, je m'ennuie de nous.

mercredi 15 août 2012

Noix < Chocolat

Moi les mélanges de noix avec des M&M, je trouve ça chien.

Je veux dire, entre des noix pis du chocolat, le choix est pas difficile. C'est quoi le but de mélanger les deux ensemble? Oui bon, vous allez me dire que ça goûte bon, du chocolat et des peanuts ensemble. Mais c'est pour ça qu'ils ont inventé les Peanut Butter Cup.

Chaque fois qu'on m'offre un mélange de noix et de chocolat, je fais face à un dilemme. J'ai juste envie de fourrer mes doigts dans le tas pour déterrer les M&M et m'en faire une poignée à avaler d'un trait, mais je sais que c'est pas très poli (et pour les germaphobes, c'est apparemment la fin du monde). Alors je fais comme tout le monde, je mets mes doigts en pince au-dessus du bol comme dans les machines à toutous, j'enligne un endroit où y'a une concentration assez élevée de chocolat, et je plonge en priant les dieux égyptiens que je vais pogner assez de M&M pour masquer le goût des maudits raisins secs.

Évidemment, je me ramasse toujours avec JUSTE des raisins secs et des graines de soya. Parce que des M&M, c'est LISSE. Ça GLISSE. C'est pas pour rien que ça rime. Ça rime aussi avec CRISSE. Je dis ça comme ça.

Hier, on a joué à des jeux de société avec nos amis australiens, et je sais qu'ils aiment bien les mélanges de noix et de chocolat. Alors je me suis forcée, j'ai acheté un sac de M&M et un sac de noix, et je les ai mélangés. Sauf que j'ai triché, j'ai mis genre 3 parts de chocolat pour 1 part de noix. C'était tellement plus jouissif comme ça. Je me trouvais donc ben intelligente.

Ce matin, j'ai trouvé le bol pas fini du mélange. Il restait un peu de chocolat dans un océan de noix. On dirait bien que je suis pas la seule à vouloir juste le chocolat finalement.

Petit plaisir de la journée : fouiller comme une débile dans le bol pour trouver TOUS les M&M qui reste et me les fourrer dans la bouche d'un coup. À 9 heures du matin. Ben quoi. Je l'ai mérité, c'est pas facile trouver des M&M bruns dans un mélange de noix, tsé. Toute une job. Ça méritait une récompense.

Au fait, j'ai des noix à donner si quelqu'un en veut.

Non?

Personne?

...

mardi 7 août 2012

Confession urbaine #4

Des fois, j'aimerais vivre dans une série d'animation japonaise : tout a l'air plus beau, plus coloré, plus délicieux, plus doux, plus... plus!






vendredi 3 août 2012

Coups de coeur du mois de juillet

1. Ce montage vraiment hilarant et créatif d'un gars qui s'est filmé à 12 ans en faisant semblant qu'il se parlait à lui-même dans le futur, et qui y répond 20 ans plus tard. Une conversation entre le passé et le présent, à voir absolument! Désolée, c'est en anglais seulement :(


2. Ce sandwich nommé « Déesse verte », facile à faire et tellement bon. J'en ai un peu abusé, mais j'en profite pendant que les avocats sont pas chers et en saison!


Ingrédients :
- 2 tranches de pain
- 2 tranches de fromage mozzarella
- Du pesto
- Des épinards
- La moitié d'un avocat coupé en tranches
- Du fromage de chèvre

Juste à regarder la photo, je pense que les instructions sont assez claires. Ce qui est moins clair, c'est que c'est un grilled cheese, alors mettez ça dans une poêle est grillez-le jusqu'à ce que le fromage soit fondu. Miam.

3. La chanson « Booty Swing » de Parov Stelar.



4. Ma chatte Nova. Évidemment.



5. Cette image d'un toit en parapluie au Portugal. Magnifique.


mardi 31 juillet 2012

L'art de me faire chier #12

Insinuer sur la bouteille que tes gélules d'huile de poisson sont « à croquer » et qu'elles ont un « goût délicieux de citron », alors qu'elles goûtent en fait le poisson mort séché au soleil, échoué sur le bord de la mer, à moitié mangé par les vautours et sur lequel on aurait déposé une demi-goutte de citron, juste pour dire.

mardi 24 juillet 2012

Super Nova

Je sais, je sais, je n'ai rien publié du tout la semaine dernière. La plupart de vous ne s'en sont probablement pas rendu compte parce que c'est l'été, les vacances, la période de l'année où on oublie quel jour de la semaine on est.

Sauf que moi, je suis en plein dans un rush de projets de traduction, justement parce que les traducteurs à l'interne de mes clients sont en vacances. Plus de projets pour moi, yay!

Mais c'est pas la seule raison qui m'a occupée toute la semaine. Y'a aussi qu'on a adopté une mignonne petite chatte à la SPCA.


Chaque fois que je lisais le blogue vraiment trop hot de Lorazepam et qu'elle parlait de sa chatte gériatrique Po, je devenais toute jalouse et j'en voulais une, moi aussi, une chatte gériatrique. Mais on a décidé de commencer par un chaton de 5 mois pareil. Je suis sûre qu'elle va être aussi hot que Po quand elle va être vieille!


À la SPCA, ils l'ont appelée Chanel, mais on trouvait ça un peu trop fifille et ordinaire. Alors on l'a appelée Nova. Supernova pour les intimes.


Elle est le résultat d'un mélange de chat siamois colourpoint et de chat tricolore (écailles de tortue), ce qui fait qu'elle est vraiment spéciale et tellement belle, avouez!


Je lui ai déjà appris à s'asseoir. Prochaine étape : lui apprendre à faire le souper. Donnez-moi genre 4-5 jours, ça devrait pas être trop long.


Ceux qui me connaissent savent que je tripe sur les montages vidéos. Je gosse tout le monde avec ma caméra, donc évidemment, la première chose que j'ai faite, c'est filmer Nova en masse et faire un petit vidéo de présentation. Z'êtes chanceux, celui-là, je vous le partage parce que je suis pas dedans :P




Donc c'est cela. Nova va probablement faire quelques apparitions dans mes péripéties ô combien intéressantes sur ce blogue. Désolée pour ceux qui détestent les chats! J'vous aime pareil, en passant.